Yennefer et Geralt, Dernier Voeu

Yennefer ou Triss, faut-il choisir Yennefer ?

Si tout comme moi, vous avez été un peu perdu en jouant à The Witcher 3, ne sachant qui de la belle Yennefer ou de la chaleureuse Triss allait pouvoir gagner le cœur de Geralt, voici un petit article permettant de voir les bonnes et les mauvaises raisons d’opter pour la romance avec Yennefer. Essayons de lever le voile sur la personnalité complexe de la belle magicienne que peu de joueurs ont pris le temps de découvrir.

Les arguments proposés proviennent à la fois de la lecture des livres « Le Sorceleur » Andrzej Sapkowski et du scénario proposé dans les jeux vidéo « The Witcher ».

5 raisons de choisir Yennefer

Parce qu’elle est indépendante et particulièrement belle.

Les courbes sexy et le caractère trempé de la magicienne sont deux atouts auxquels Geralt ne saurait résister. Cette louve indomptée, complexe et indépendante est un véritable challenge pour le sorceleur, et ce genre de chasse lui plait tout particulièrement. Yen est une véritable femme fatale, mais surtout une femme libre et ce n’est pas en s’amourachant de Geralt que cela va changer. Mais est-ce vraiment un problème pour notre loup blanc, toujours sur les routes ? Lui non plus n’est pas vraiment du genre à prendre racine, et en cela les deux amants se sont particulièrement bien trouvés.

Parce qu’avec Ciri, ils forment une famille.

Yennefer sera toujours là pour Geralt et pour Ciri, dont elle est pour ainsi dire la mère adoptive. Ce n’est pas rien quand on sait les dangers auxquels elle va faire face pour eux ! Malgré les disputes et les désaccords, Yennefer fera tout pour affronter les périples qui les attendent. Elle est d’ailleurs la seule magicienne assez puissante pour cela, et elle n’hésitera pas à utiliser ses pouvoirs jusqu’à l’épuisement. Elle choisirait même d’y laissait la vie si cela pouvait sauver les deux personnes qui comptent le plus pour elle, et nul doute que le sorceleur en ferait autant. Et si ça, ce n’est pas de l’amour…

Parce qu’avec maladresse, elle l’aime profondément.

Elle a beau jouer la femme forte et fière, elle aime son loup blanc d’un amour passionnel et sincère. Même si, par fierté, elle ne l’avouera jamais, la relation qu’il a entretenue avec Triss l’a profondément blessée. Déjà plutôt glaciale à l’accoutumé, ses paroles ne s’en retrouvent qu’encore plus cinglantes envers Geralt quand il s’agit de le croiser par la suite. C’est sans doute très maladroit, mais finalement cette impulsivité et cette jalousie maladive reste la preuve des sentiments que Yen dissimule au plus profond d’elle. Peut être également que sa véritable apparence, que le sorceleur a pu entrevoir, la fait parfois perdre confiance en elle et la déstabilise, la laissant sur la défensive.

Parce qu’ils reviendront toujours l’un vers l’autre.

Malgré les rancoeurs, malgré la séparation, malgré tout le drama lié à leur histoire en général, les deux amants n’arriveront jamais à se séparer définitivement et à tourner la page. Telle la fatalité, un lien invisible les lie l’un à l’autre et le couper ne semble pas être une chose aisée. Par fierté, aucun des deux ne fera le premier pas pour recoller les morceaux, et ils s’éviteront tout simplement jusqu’à ce que le destin les réunisse à nouveau. Nul doute dans ce cas, aux vues de leur attirance mutuelle, que les retrouvailles glaciales se réchaufferont rapidement, davantage si une licorne ou plutôt un rhinocéros si l’on s’en tient au livre, traîne dans les parages.

Parce que leur amour est spontané et passionnel.

Yen et Geralt sont sans filtres. Pas de promesses en l’air, aucune assurance que l’autre sera encore là au lendemain d’une nuit passionnelle. Ce n’est pas la stabilité qui décrit le mieux la romance entre ces deux personnages mais bien l’impulsivité et la spontanéité. Elle, à le jeter dans l’eau par sort de téléportation à cause de sa jalousie, lui à l’abandonner un matin au lever du jour. Il est certain que ces deux sangs chaud se font probablement autant de mal que de bien. Non, définitivement Yen n’est pas le choix de la raison mais bien celui du cœur. Une passion qui brûle le loup blanc de l’intérieur.

5 raisons de ne pas choisir Yennefer

Parce que c’est trop compliqué.

L’amour entre Yen et Geralt, il faut l’admettre est semé d’embûches (et pas des moindres), de séparation, de querelle, en ajoutant dans l’équation leurs mauvais caractères, l’avenir d’une telle relation n’est que des plus incertain… Il est probable que malgré la fougue qui les unis, tôt ou tard toutes ces complications, toutes ces tensions, auront raison, une bonne fois pour toute de leur couple. S’ils ont passé près de 4 ans sans se voir, ne seraient-ils pas capable de se perdre de vue un jour ?

Parce qu’elle est méprisante et froide.

Quand il s’agit de dire ce qu’elle pense, la belle magicienne n’y va pas par quatre chemins, et la manière douce n’existe pas. Triss pourrait en témoigner car elle dû subir le courroux de celle-ci suite à son aventure avec le sorceleur. Lui-même saurait également en attester tant il a pu, à différentes reprises, se prendre des réflexions désagréables lorsque la tempétueuse Yen était de mauvaise humeur ou contrariée. Mieux vaut ne pas être trop près de Yennefer lorsqu’elle entre dans ses légendaires colères noires, les murs de Kaer Morhen, eux, s’en souviennent encore. Pas sûr que Geralt puisse tolérer cette attitude encore longtemps…

Parce que Yennefer s’intéresse surtout à Yennefer…

D’un naturel assez glacial au premier abord, il est difficile de bien cerner la personnalité assez complexe de la magicienne. Ce que l’on sait par contre c’est que Yennefer a une certaine vision des choses, et mieux vaut que tout le monde suive le pas, car l’avis des autres lui importe peu. C’est tout particulièrement le cas de Geralt, à qui elle ne manque pas de faire de multiples commentaires sur sa façon d’être ou de se comporter. A se demander finalement si elle l’aime tel qu’il est. Au final personne ne doit toucher à son loup blanc, mais en veut-elle seulement ? Parfois, on n’est pas sûr que Yen le sache elle-même.

Parce qu’elle aime la politique et le pouvoir.

Comme la plupart des magiciennes de la Loge, Yennefer vit et dort complot politique, c’est sa vie, et ce n’est pas près de changer, que Geralt soit présent à ses côtés ou non. Yennefer ne manquera pas de mêler de temps à autre notre cher Geralt à ses intrigues, et pas sûr qu’il puisse supporter les dîners mondains et les intrigues politiques très longtemps… D’autant que d’autres magiciennes, présentes à ces festivités n’hésiteront pas à tirer leur épingle du jeu pour se rapprocher du sorceleur, réveillant ainsi la jalousie de notre belle Yennefer.

Parce qu’on a des doutes sur la sincérité de son amour

L’attitude générale de Yen fait que l’on peut douter de son amour pour différentes raisons. D’une part la magicienne voit différents amants et notamment Istredd, qu’elle fréquente régulièrement et qui lui a proposé de rester avec lui, ce qui ne plaira pas vraiment à Geralt. Face à l’ultimatum posé par les deux hommes, Yen choisit de fuir et de rompre avec ses deux amants. Il est donc difficile de croire en sa capacité à se poser avec Geralt ou tout simplement de lui rester fidèle. L’autre raison concerne le vœu fait par Geralt face au Djinn qui lie leur destin amoureux depuis leur rencontre, un voile magique qui laisse planer un doute sur la réalité de celui-ci.

Extraits

— Fumier ! Pitoyable chanteur ! Espèce de faisan !
Geralt, piqué par la curiosité, tira sa jument jusqu’au coin de la ruelle. Avant qu’il eût le temps de localiser l’origine des hurlements, il entendit un fracas de verre se joindre au concert des cris. Un bocal de confiture de griottes, pensa-t-il. Ce bruit est celui d’un bocal de confiture de griottes jeté sur quelqu’un d’une hauteur importante ou avec une grande force. Il se souvenait parfaitement de Yennefer durant leur vie commune lui jetant dans sa colère des bocaux semblables qu’elle recevait de ses clients. Yennefer ignorait en effet tout des secrets de la confection des confitures : sa magie demeurait en la matière désespérément incomplète.

— Tu ne lui as pas dit ? Vraiment, tu ne sais rien, Geralt ?
— À quel propos au juste ?
— Yennefer aussi siège au Conseil, voyons ! Depuis la bataille de Sodden. Tu ne t’en étais pas encore vantée auprès de lui, ma chère ?
— Non, ma chère. (La magicienne regarda son amie droit dans les yeux.) Premièrement, je n’aime pas me vanter. Deuxièmement, je n’en ai pas eu le temps. Je n’avais pas vu Geralt depuis très longtemps ; nous avons beaucoup de choses à rattraper. Nous avons établi une longue liste ; nous réglons nos affaires en fonction de cette liste.
— C’est évident, dit Triss, d’un ton mal assuré. Hum… Après si longtemps… Je comprends. Il y a largement de quoi discuter…
— Les discussions, dit Yennefer en souriant d’un air équivoque et en gratifiant le sorceleur d’un nouveau regard langoureux, se trouvent en queue de liste, Triss. Tout à la fin.
Manifestement troublée, la magicienne aux cheveux châtains rougit légèrement.
— Je comprends, répéta-t-elle en jouant avec son petit coeur en lapis-lazuli pour cacher son embarras.

— Une maison ? demanda soudain la magicienne. Quelle maison ? Tu en as une, toi ? Tu veux construire une maison ? Oh… pardonne-moi. Je n’aurais pas dû…
Il se taisait. Il était en colère contre lui-même. En la laissant accéder à ses pensées, il lui avait involontairement permis de lire dans ses désirs la concernant.
— Joli rêve. (Yennefer lui caressa doucement l’épaule.) Une maison. Construite de tes propres mains, et toi et moi vivant à l’intérieur. Toi, tu élèverais des chevaux et des brebis, moi, je m’occuperais du jardin, je ferais la cuisine et je carderais de la laine que l’on vendrait au marché. Avec le sou que nous rapporterait la vente de la laine et de divers produits de la terre, nous achèterions ce qui nous serait indispensable – parions sur des chaudrons en cuivre et des râteaux en fer. De temps en temps, Ciri nous rendrait visite avec son mari et ses trois enfants, Triss Merigold passerait parfois et resterait avec nous quelques jours. Nous vieillirions joliment et dignement. Et lorsque je m’ennuierais, le soir, tu jouerais pour moi de ta cornemuse que tu aurais toi-même bricolée. La cornemuse, comme chacun sait, est le meilleur remède contre le spleen.
Le sorceleur se taisait. La magicienne se racla la gorge doucement.
— Je te demande pardon, dit-elle finalement.
Il se redressa sur son coude, se pencha, l’embrassa. (…) Il resta longuement silencieux, attendant qu’elle rompe le silence.
— Geralt ?
— Mmm ?
— Fais-moi l’amour, s’il te plaît.

 

Vous pouvez également lire l’article consacré à Triss pour en savoir plus.
5 raisons de choisir ou de ne pas choisir Triss
The Witcher – Des livres aux jeux vidéo
Voir tous les articles sur The Witcher

N’hésitez pas à voter pour Triss ou Yen dans le sondage, et surtout à donner votre avis en commentaire, à poser des questions ou encore à donner les raisons du choix que vous pensez le plus juste !

Sources

Le Monde de The Witcher: L’encyclopédie du jeu vidéo Marcin Batylda (2015)
Les tomes 1 à  7 « Le Sorceleur » Andrzej Sapkowski
Les jeux vidéos The Witcher 1, 2 et 3  réalisés par l’éditeur de jeu vidéo CD Projekt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.